Epigramme über Vivien (III)

CXXX

Contre le même qui m’avoit demandé des Vers pour mettre au bas de son Portrait.

Vivien pour son Portrait me demandai des Vers;

Or comme au naturel se copiant luy-même,

Il nous a peint son nez malfait & de travers,

Il faut que j’en use de même:

Ainsi cher Lecteur aprenez, Qu’il a l’esprit comme le nez.

 

CXXXI

Contre le même qui fasoit courir le bruit que je blamois ses Portraits comme mauvais connoisseur en peinture.

L’Electeur est un prince élairé juste & sage

On ne peut le surprendre avec un faux langage,

Et si par tes discours imposteurs & malins,

Tu pretens contre moy prevenir sa colere;

Depuis le tems que tu le peins,

Tu connois mal son caractere.

CXXXII

Sur le même sujet.

Quand pour me décrier auprés de Son Altesse,

Tu dis que de sot peintre en Vers je t’ay traité,

D’une trop grossiére finesse,

Tu couvres ta malignité;

Car si jamais ce Prince est curieux de lire,

Ces Vers que tu devois souffrir sans dire mot

il verra bien que ma satire,

Laissant le peintre a part n’a berné que le sot.

(Gacon Fr., Le poete sans fard ou Discours satiriques sur toute sorte de sujets. Paris 1701, S. 297-298.)


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.