Vorgänger von Maurice Quentin de La Tour

Rund 20 Jahre nach seinem Tod wurde Vivien von Jacques Lacombe im  „Dictionnaire portatif des Beaux-Arts, ou abregé de ce qui concerne l’Architecture, la Sculpture, la Peinture, la Gravure, la Poésie & la Musique; avec La définition de ces Arts, l’explication des Termes & des choses qui leur appartiennent“ (Paris 1755), auf knapp zwei Seiten (S. 729-730) als Vorgänger von Maurice Quentin de La Tour (1704-1788) gewürdigt. Darin heißt es:

„Vivien (Joseph), Peintre, né à Lyon en 1657, mort en 1735 à Bonn, ville d’Allemagne, dans l’Electorat de Cologne. Il entra dans l’Ecole de l’illustre le Brun, qui connut, en peu de temps, que le talent de son Disciple étoit pour le Portrait; Vivien se rendit à ses conseils, & cherchant à le distinguer, il peignit au Pastel; forte de Peinture qui a plus de brillant, plus d’éclat que celle à l’huile; mais qui n’est point si durable. Vivien mettoit beaucoup de vérité dans ses Ouvrages, il saisissoit très-bien la ressemblance, & son art alloit jusqu’à représenter non-seulement les traits du corps, mais encore les impressions de l’ame qui animent le visage & caractérisent une personne. Il a peint en pastel des Portraits en pied; l’on voit quelques Tableaux de lui, où l’Histoire, la Fable & l’Allégorie, concourent à embellir sa composition. Il eut plusieurs foix l’honneur de représenter la Famille Royale. L’Académie le reçut dans son Corps, & le Roi lui donna un logement aux Gobelins. Les Electeurs de Cologne & de Baviere, le nommerent leur premier Peintre. Ce Maître s’est souvent exercé à manier le pinceau, & à peindre à l’huile des Portraits historiés où l’on admire la fécondité & la beauté de son imagination, jointe à excellence de son talent pour l’exécution. On a plusieurs Portraits gravés d’après lui.“

Trotz der guten Qualität seiner Werke bleibt Vivien aber, nach Meinung von Lacombe, hinter der Kunst seines Nachfolgers De La Tour, dem der Autor zum Abschluss dieses Kapitels auch einige Verse widmet:

„Quelque éloge que Vivien mérite pour la maniere dont il a traité le pastel, il faux cependant convenir que ce Maître est inférieur au célebre Artiste de notre temps, qui a porté ce genre au dernier dégré de perfection.

Quelle verité, quelle intelligence, quel esprit, quel feu dans ses Ouvrages!

         Cheri des Héros & des Belles,

         De la Tour, tes touches fidelles

         Les reproduisent traits pour

                   traits;

         Et par une aimable imposture

         Tu séduis même la Nature,

         Qui s’admire dans tes Portraits.“


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.