Epigramme über Vivien (III)

CXXX

Contre le même qui m’avoit demandé des Vers pour mettre au bas de son Portrait.

Vivien pour son Portrait me demandai des Vers;

Or comme au naturel se copiant luy-même,

Il nous a peint son nez malfait & de travers,

Il faut que j’en use de même:

Ainsi cher Lecteur aprenez, Qu’il a l’esprit comme le nez. „Epigramme über Vivien (III)“ weiterlesen

Epigramme über Vivien (II)


CXXXI

Contre le Sieur Vivien Peintre en pastel qui aiant des obligations à l’Auteur feignit de ne pas le connoitre à la Cour de l’Electeur de Baviere.

Depuis que tu ne peins que de puissants Seigneurs;

Tu pretens meriter de supremes honneures

L’Electeur dis-tu te falue,

Dès que tu paroit à sa vue,

Mais pour te peindre ici toy-même au naturel;

D’un trait qui dure plus que ceux de ton pastel;

Je t’écris librement afin qu’il t’en Jouvienne

Que la tête des grands a fait tourner la tienne.

(Gacon Fr., Le poete sans fard ou Discours satiriques sur toute sorte de sujets. Paris 1701, S. 297.)

Epigramme über Vivien (I)

CVIII

Contre le même sur son Portrait de l’Electeur en pastel & qui est dessous un verre.

Vivien j’aprouve ta methode
Pour le beau sexe elle est commode,
Le verre adoucissant les traits
Augmente encore ses attraits
Mais deussai je à jamais encourir ta disgrace
Rien ne m’a tant choqué j’en fait un libre avéu,
Que de voir un Portrait à glace
Pour un Prince tout plein de feu.

(Gacon Fr., Le poete sans fard ou Discours satiriques sur toute sorte de sujets. Paris 1701, S. 302.)