Epigramme über Vivien (II)


CXXXI

Contre le Sieur Vivien Peintre en pastel qui aiant des obligations à l’Auteur feignit de ne pas le connoitre à la Cour de l’Electeur de Baviere.

Depuis que tu ne peins que de puissants Seigneurs;

Tu pretens meriter de supremes honneures

L’Electeur dis-tu te falue,

Dès que tu paroit à sa vue,

Mais pour te peindre ici toy-même au naturel;

D’un trait qui dure plus que ceux de ton pastel;

Je t’écris librement afin qu’il t’en Jouvienne

Que la tête des grands a fait tourner la tienne.

(Gacon Fr., Le poete sans fard ou Discours satiriques sur toute sorte de sujets. Paris 1701, S. 297.)

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search